Final Fantasy Tactics : the War of the Lions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Final Fantasy Tactics : the War of the Lions

Message par Général Kenobi le Sam 13 Oct 2007, 16:15

Sans Tactics Ogre, Final Fantasy Tactics n'aurait sans doute jamais vu le jour ou du moins pas sous la forme qui est la sienne aujourd'hui. Pourtant, le soft de Square Enix a depuis longtemps supplanté son modèle dans le coeur des joueurs, le nom du mythique RPG associé y étant bien évidemment pour quelque chose. Jamais sorti en Europe, entre autres à cause de la politique réductrice de Square qui consistait à dire à l'époque que le Tactical RPG n'intéressait pas l'Europe, il nous aura fallu attendre plus de dix ans pour le voir débarquer officiellement sous nos latitudes, sur PSP, dans une version légèrement remaniée.



On l'a déjà vociféré dix mille fois mais comment passer sous silence les différences entre le tout premier Final Fantasy Tactics et ses "suites" sur Gameboy Advance et Nintendo DS. S'il n'est nullement question ici de fustiger les opus tombés dans l'escarcelle de Big N, précisons tout de même qu'au-delà des spécifications propres au système de jeu, le fossé se creuse surtout au niveau du scénario. Dans les deux cas, les titres doivent beaucoup à leur univers, Ivalice, superbement illustré dans Vagrant Story et plus récemment dans Final Fantasy XII. Mais si ce monde a simplement servi de cour de récréation dans Final Fantasy Tactics Advance, il fut bien avant cela le théâtre d'affrontements sanglants, de trahisons, de désillusions mais aussi d'espoir dans la mouture originelle.

Plusieurs arènes étant de petite taille, faites très attention lors des premiers déplacements de vos troupes.


C'est d'ailleurs un véritable régal que de se replonger dans cette histoire de clans et d'amitié brisée des années après l'avoir parcourue sur PSone. De plus, la superbe des personnages et leur charisme sont encore plus accentués aujourd'hui par l'intégration de nouvelles cinématiques, dans un style crayonné des plus artistiques. On saluera également le doublage de ces séquences, même s'il faut avouer qu'on a un peu de mal à s'y faire, surtout pour celui ou celle qui se sera déjà essayé à la version originale où toutes les émotions passaient par les mimiques des héros qui, bien qu'en Super Deformed, n'auront jamais été aussi parlants. Enfin, la construction du jeu est savamment pensée puisque après la toute première bataille, vous effectuerez un retour en arrière le temps de quelques missions où vous apprendrez pourquoi votre ami d'enfance, Delita, a subitement décidé de se retourner contre tout ce que vous croyez juste, vous, Ramza Beoulves.

Les nouvelles cinématiques, doublées, bénéficient d'un grain particulier pour un magnifique rendu.


Ainsi donc, en plus de posséder un scénario extrêmement mature, ce que ne laisse pas forcément présager son design, Final Fantasy Tactics profite d'un système de jeu comptant parmi les plus passionnants et ouverts du petit monde du Tactical RPG. Pourtant, notez bien que nous sommes loin de la perfection mais nous y reviendrons en temps voulu. Pour autant, FFT permet une customisation savoureuse de ses troupes, cet aspect devenant de plus en plus passionnant à mesure qu'on avance. Ceci s'explique par le fait qu'au fur et à mesure de votre progression, vous pourrez recruter de nouveaux compagnons de route en vous rendant dans une guilde. Moyennant finances, vous pourrez alors accueillir un ou une aventurière dont vous aurez ensuite à choisir l'orientation. Je veux bien sûr ici parler des fameux jobs, au coeur de Final Fantasy V. Final Fantasy Tactics reprend donc cette fabuleuse idée synonyme de combattants pluridisciplinaires. De plus, la façon de procéder est d'une simplicité enfantine et offre de très longs moments de bonheur dans des menus et sous-menus. A ce sujet, Square Enix aurait quand même pu améliorer la navigation vu qu'on doit souvent passer par trois ou quatre menus pour équiper ses personnages, changer de jobs, obtenir de nouvelles techniques, etc.

Un petit retour dans le passé pour comprendre la décision de Delita qui marquera à tout jamais notre existence.


Tout débute donc par le choix d'un job parmi deux ou trois au tout départ. Ensuite, à chaque fois que vous frapperez une ennemi, vous obtiendrez des JP et des points d'expérience. A ce sujet, une petite astuce pour facilement gagner de l'EXP consiste à lancer des sorts mineurs sur ses propres personnages lorsqu'il n'y a plus d'ennemis à portée. Bien entendu, rien ne vaudra un adversaire d'un plus haut niveau que le vôtre pour booster rapidement vos membres mais dans l'absolu, la technique de l'"action gratuite" fonctionne plutôt bien. Si l'expérience glanée fortifiera vos protégés, les Jobs Points seront indispensables pour obtenir de plus en plus de techniques, ceci étant bien plus pratique que l'utilisation des armes et techniques rattachées dans FFTA. Mais le plus intéressant vient du fait que vous pourrez changer de métier une fois acquises plusieurs habiletés d'une classe. Par exemple, en ayant suffisamment appris dans les jobs Black Mage et White Mage, celui de Summoner (permettant de faire appel aux invocations comme Ifrit, Shiva...) vous ouvrira ses portes.

Le système de jobs permet une évolution minutieuse de nos combattants.


Sachant qu'il est également possible de cumuler les aptitudes des jobs (en choisissant une spécialisation en plus de celle du métier qui est actuellement le nôtre) et de profiter de quelques améliorations elles aussi issues desdits jobs (pour être plus rapide, plus résistant, contrer automatiquement...), imaginez la durée de vie absolument phénoménale du soft si vous décidez d'avoir des personnages complets dans toutes les disciplines. Cependant, n'oubliez pas que certains métiers (danseuse, barde) sont uniquement accessibles aux femmes. Au final, sachant que votre équipe peut contenir un grand nombre de guerriers (dont des Chocobos qui peuvent s'accoupler et pondre si vous leur laissez le temps) et que cette version PSP dispose de deux jobs supplémentaires (chevalier noir et chevalier Onion), vous n'êtes pas près de quitter Ivalice. Entre autres conseils, je vous inviterais tout de même dès le départ à avoir au moins un ou deux mages noirs ou mages du temps dans votre équipe, ces derniers étant très efficaces surtout lorsqu'il s'agit de lancer des sorts de masse. Bref, le système de jeu est une vraie merveille mais on aurait aimé que tous les autres aspects du titre soient aussi peaufinés, ce qui n'est pas vraiment le cas.

Si des ennemis ont les pieds dans l'eau, pensez à utiliser un sort de foudre.


Tout d'abord, on peut regretter que l'aventure soit si linéaire, même si cet aspect est contrebalancé par de multiples cinématiques (à l'inverse de FFTA) nous narrant un scénario diabolique. Malheureusement, les arrivées dans les villages se présentent toujours de la même façon, synonymes d'écrans fixes liés aux quelques endroits à visiter que sont la guilde, le tailleur (pour acheter de l'équipement ou des objets) ou la taverne pour être au courant des derniers potins ou accepter des missions multijoueurs. C'est d'ailleurs une des nouveautés de cet opus qui comprend des quêtes en coopératif ou des affrontements en Versus. Une fois sorti des villages, vous devrez avancer sur une map composée de différents points. En vous y rendant, vous ferez avancer l'histoire ou aurez la chance d'assister à un combat aléatoire, ces batailles tenant compte du temps qui passe. En parlant de combats, arrêtons-nous un instant sur ces derniers.

Pensez à recruter de nouveaux membres qui viendront gonfler les rangs de votre équipe pouvant contenir 24 combattants.


En premier lieu, on pourra grincer des dents en constatant que Square Enix n'a résolu aucun des soucis de la version d'origine. En résultent des éléments de décor (en 3D isométrique) qui masquent la surface de combat, ceci nous obligeant constamment à utiliser le stick pour tourner le plateau de jeu ou à utiliser les boutons L et R pour incliner la surface ou zoomer et dézoomer afin de bien appréhender les reliefs du terrain. Ensuite, il est un peu énervant de devoir ouvrir un menu pour avoir accès à la liste d'initiatives afin de savoir qui va jouer au prochain tour. Malheureusement, il est souvent obligatoire de devoir passer par là pour élaborer des stratégies, surtout lorsqu'il s'agit de canaliser des attaques ou des sorts sur deux ou trois tours. On constate aussi, tout comme dans FFTA, que les pourcentages de réussite sont souvent imprécis, une attaque ayant 75% de chances de toucher l'adversaire étant fréquemment synonyme d'échec. En dehors de ça, les affrontements sont jouissifs à plus d'un égard et si on constate aussi quelques problèmes d'IA (avec des NPC s'entêtant parfois dans des choix incompréhensibles malgré la possibilité de modifier leur comportement), l'aspect stratégique reste omniprésent.

Malgré la possibilité d'incliner ou de tourner le plateau de jeu, la visibilité est toujours aussi peu probante.


Quoique imparfait, Final Fantasy Tactics : The War Of The Lions reste un jeu à posséder absolument sur PSP. Dommage qu'Ubisoft n'ait pas pris le temps de le localiser, ce qui n'aurait pas été du luxe compte tenu de la nature complexe du scénario. Du côté de chez Square Enix, c'est également le minimum syndical. Deux métiers de plus, deux personnages bonus (Balthier de Final Fantasy XII ainsi que Luso du prochain Final Fantasy Tactics A2 sur Nintendo DS), de nouvelles, et superbes cinématiques, quelques événements et items inédits ainsi qu'un mode multijoueur. Pour l'anecdote, précisons que la version PSP dispose d'une nouvelle traduction anglaise et conserve les noms japonais des sorts (adieu Fire, bonjour Fira et consorts) et que chaque combat débute désormais par la mention "Commence". Oui je sais, il fallait absolument le préciser. Au final, si on peut se montrer plus critique envers cette mouture PSP que celle PSone, il n'en reste pas moins que nous tenons là une oeuvre qui défie le temps et qui subjugue autant qu'il y a dix ans. D'autres RPG tactiques ont depuis vu le jour mais rares sont ceux qui ont profité d'un gameplay et d'une histoire aussi étudiés. A savourer pour les siècles des siècles, amen.

Graphismes
13/20Le jeu accuse tout de même le poids des années, ceci étant d'autant plus visible que Square Enix n'a pas vraiment travaillé ce point. Les décors manquent de finesse tout comme les effets spéciaux mais on profite tout de même de belles invocations et d'un character design absolument superbe.

Jouabilité
15/20Bien que le système de jeu soit admirable, plusieurs points auraient pu être modifiés à commencer par la navigation dans les menus, les soucis de caméra ou les ralentissements lors de certains sorts gourmands en SFX. En outre, on aurait aimé pouvoir se fier davantage aux pourcentages de réussite ou à l'IA des NPC pour élaborer des stratégies. Cependant, la possibilité de cumuler les métiers et les techniques offre à elle seule des heures de plaisir, sans parler des combats qui passionnent malgré les défauts énoncés plus avant. Enfin, dommage qu'Ubi n'ait pas pris le tmps de traduire le titre.

Durée de vie
16/20La longévité du jeu variera en fonction de votre façon de jouer. Si vous décidez d'obtenir des combattants spécialisés dans plusieurs jobs, votre PSP ne sera pas près de s'éteindre mais si vous tracez simplement en ligne droite, vous en aurez quand même pour un bon moment. Le mode multijoueur rallonge également la durée de vie, vu qu'il est possible d'affronter un ami en Versus ou de collaborer pour des missions spéciales.

Bande son
16/20Cette nouvelle version comporte des doublages en anglais et conserve une gamme de bruitages caractéristiques. Mais c'est surtout le remarquable travail de Iwata et Sakimoto qui confère à Final Fantasy Tactics une ambiance inimitable. La bande-son est en effet très réussie avec divers thèmes tantôt joviaux, tantôt martiaux et les morceaux apportent une atmosphère chevaleresque au jeu en accentuant le côté sombre et tragique de l'oeuvre.

Scénario
16/20Ne vous fiez pas au design SD et oubliez le semblant de scénario de Final Fantasy Tactics Advance. L'histoire de Final Fantasy Tactics : The War Of The Lions est complexe, mature et propose des relations entre les personnages basées sur l'amour, l'amitié, la trahison, la folie. Un synopsis qui se hisse sans aucun mal au niveau de celui de Vagrant Story avec une utilisation astucieuse d'un univers torturé balayé par les guerres de clans.

Note Générale
17/20Bien qu'on soit conscient des problèmes de gameplay, de navigation, d'IA, de ralentissements et de vraies innovations, Final Fantasy Tactics s'est trouvé une place de choix sur PSP. Si on eut aimé une traduction française ainsi qu'une optimisation de la portable de Sony, comment bouder ce RPG tactique qui fascine et façonne un univers subjuguant par l'entremise de personnages au coeur d'une histoire de religions, de passions, de guerre. En l'état, voici un soft qui, sans vraiment se bonifier avec le temps, conserve cette aura de magie qui lui vaudra encore cette adoration de millions de joueurs dans les années à venir.








Source : Jeuxvideo.com

Général Kenobi
Suprême puissance
Suprême puissance

Masculin
Nombre de messages : 2082
Age : 31
Localisation : Vélizy-Villacoublay
Emploi / Loisir : Consultant RH
Code Ami(e)s Wii /ID Playstation 3 : Cinéma, musique, les potes...
Date d'inscription : 11/07/2006

Feuille de personnage
Nom: Kenobite
Virtual's Crédit's:
347/0  (347/0)
Armes: Gode

Voir le profil de l'utilisateur http://www.theworldofseb.fr.tc

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum